La parole du mois – Mai 2020

Categories: La thématique du mois

Une forme d’exil

Chers frères et sœurs,

« Le dimanche 3 mai, selon mes estimations, plus de 98% des chrétiens néo-apostoliques n’ont pas pu aller à l’église et célébrer la sainte cène. Cette situation, probablement unique l’histoire de notre Eglise, me fait penser aux habitants de Jérusalem déportés à Babylone. Ils étaient désemparés parce qu’ils ne pouvaient plus se rendre au temple et pratiquer le culte comme l’Eternel le leur avait prescrit. Dieu les a réconfortés par ces paroles : « Sion disait : l’Eternel m’abandonne, le Seigneur m’oublie ! Une femme oublie-t-elle l’enfant qu’elle allaite ? N’a-t-elle pas pitié du fruit de ses entrailles ? Quand elle l’oublierait, moi je ne t’oublierai point » (Es 49 : 14-15). Cette parole de consolation est valable pour nous aussi. Le peuple d’Israël a dû rester plusieurs décennies en exil. Dieu merci, nous pourrons de nouveau nous réunir normalement d’ici quelques semaines… »

Jean-Luc Schneider

Author: admin